05 mars 2005

La Toile

LA TOILE

Perdu dans l'erg infini de ce monde virtuel
J'errai entre les dunes immobiles et mortelles
Pas un son, même l'harmattan me délaissait
Le désert soudain de toute vie se vidait.

Cent jours durant, un long périple j'ai marché
A la recherche d'une oasis où enfin m'abreuver.
Puis je vis dans le lointain les vertes cimes d'une île
Je crus les affres de ma solitude disparus sous vos cils.

Je  m'abreuvai longuement, m'emplis d'une eau pure
Qui répara mon âme, coulant tel un sang nouveau
Et m'apportant l'espoir de renaître dans cette lecture
Tous vos messages, vos joies je lus sans omettre un mot.

Hélas! De réconfort je ne vis en fait nulle trace
Je criais, appelais en vain au milieu du silence
Vos voix étaient telles un rêve qu'on efface
J'étais seul parcourant le néant soudain immense.

Pour moi, nul petit Prince, ni mouton à dessiner
Juste quelques vers écrits pour témoigner
Que de vos larmes je fus le dernier fidèle
Espérant jusqu'au bout qu'un ami l'appelle.

Contrat Creative Commons
This création is licensed under a Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France License.

Posté par adamantin à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La Toile

Nouveau commentaire