18 avril 2006

L'amazone

L'AMAZONE

Je t'ai contemplée, tandis que le soleil
Auréolait tes traits d'une crinière de flammes,
Rubis incandescent à nul autre pareil
Dont deux émeraudes soulignaient la belle âme.

Tu filais dans le vent, portée par ton coursier
Le galop t'emportait, grisée par la vitesse.
Le présent s'estompa, j'eus envie de crier
Tu devins Amazone, divine chasseresse.

Je crus voir revenir Athéna la guerrière
Défiant fièrement la misère du monde
Emplissant de sagesse jusqu'aux murs de pierre
Me perçant de son trait en une seconde.

Et soudain par magie nos regards se croisèrent
Je plongeai dans le vert, m'immergeai sans un cri
Tu m'ouvris tes pensées, nos esprits fusionnèrent
Je m'élevai si haut, dans une âme infinie...

Pauvre esprit étriqué, je contemplais enfin
L'empathie abyssale, la beauté inhumaine
Qui tapissaient ton coeur, débordaient de ton sein
Se mêlant dans un cri au fleuve de ta peine.

Ce ne fut qu'un instant, et pourtant en cette heure
J'ai compris qu'existait près de moi une étoile
Elle ne le savait pas, ignorait sa valeur
Perle dans le sable, si belle sous son voile.

Contrat Creative Commons
This création is licensed under a Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France License.

Posté par adamantin à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'amazone

Nouveau commentaire