23 janvier 2007

Eux

EUX

Certains entrent sans frapper, sans que je les voie
Je lève les yeux et les voilà devant moi.
Sans vergogne ils s'installent, prennent leurs quartiers
Racontant des histoires que j'écoute à moitié.

D'autres plus timides ne viennent qu'à regret
A demi effacés, ils n'osent me parler
Je les questionne longuement pour tout savoir
Parfois ils répondent, d'autres c'est sans espoir.

Il y en a qui m'ont fui à jamais, pourtant
Je leur cours après mais n'attrape que le vent
Ceux-là m'ont effacé sans aucun remords
Mais quelques uns reviennent pendant que je dors.

J'en ai de très vieux, accourant à mon appel
Jamais ils ne me laissent, ils me restent fidèles
Je voudrais bien en chasser qui me sont pénibles
Mais ils ricanent car c'est là tâche impossible.

Vêtus de petites joies, de bonheur intense,
Sous le manteau assombri d'une peine immense,
Rouges de honte, ou bien éclatants de rire
Ils sont une partie de moi : mes souvenirs.

Contrat Creative Commons
This création is licensed under a Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France License.

Posté par adamantin à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Eux

Nouveau commentaire