16 juillet 2008

Les dieux

LES DIEUX

C'est quoi un caillou?
Plus de cent millions d'années
Et moi? rien du tout.

Quand six fois la lune aura offert sa pâleur
Et que la nature subira la chaleur
Je ne serai plus là, mais parti en fumée
Ou selon mon envie, à jamais enterré.

C'est ce qu'il me reste, six minuscules mois
Je les ai recomptés des centaines de fois.
A petits pas muets avancent les secondes
Et sans souci pour moi toujours tourne le monde.

Puis un jour, on meurt.
Et nul dieu ne vous attend
Quand est venue l'heure.

trouver                       mort

 

 

 

 

 la

perdre                          vie

POUR aller au paradis, ne gâche pas la nourRITURE
OU tu iras en enfer, ça c'est un fait étaBLI
VIlain ou gentil, choisis de qui tu seras le séiDE
glige tes prières, attention c'est l'enfer brûlANT

"Mais, Monsieur le Curé, demandait un enfant
Depuis quand les humains ont droit au Paradis?
- C'est depuis que Jésus a vaincu les tourments
Et s'en est revenu du monde de l'oubli.

- Et les Cro-Magnons? Et les Homo Erectus?
- Hum, bien sûr eux-aussi, répondit le saint homme.
- Mais alors dites-moi, si depuis toujours quoi qu'ils fussent
 Ils y allaient tout droit, je pige pas, dit le môme.
Jésus est mort pour rien, si tous peuvent y aller.
Dieu s'est-il fourvoyé, ou vous m'embobinez?
- Ne réfléchis pas tant, lui dit le sacristain.
Il te suffit de croire, c'est notre lot commun."

Non ! Cri de haine
Vole ma rage
Contre vous les hommes
Depuis toujours braves moutons

                 Dégoût des hommes
                 Ignorants, imbéciles
                 En voulant créer
                 Un monstre nommé

                 Engloutissant les âmes
                 Secrétant le poison
                 Tu ne m'inspires plus

                  L'ultime mal
                  Humanité si crédule
                  On t'a menti
                  Mais c'est toi-même
                  Muse de ta mort
                  Ennemie de tes enfants

 Allah, Yahvé ou Jésus, Krishna, le Bon Dieu
 Autant de noms donnés par l'homme pour les cieux.
 Croyances créées pour combattre notre peur
 Du néant absolu qui suit l'ultime heure.

 Rien n'est plus précieux ni rare qu'une vie
 Si riche en souvenirs, souffrances, larmes et joies
 Pesant plus que mille livres, si infinie
 Qu'on soit mendiant, enfant, poète ou bien roi.

 Chaque assassin qui tue commet un déicide
 Chaque vie perdue est un livre brûlé
 Quoi de plus destructeur pour la vie qu'un génocide
 Pensées effacées, souvenirs annihilés.

 Détruire une planète, faire naître la vie
 Tels sont les attributs possédés par le divin.
 Tous ces pouvoirs déjà dans les mains de l'humain
 Ne cherchons plus, enfin notre quête est finie.

Depuis sa venue
L'humain était le divin
Mais nul ne le crut.

 Les années ont passé, dix se sont écoulées.
 Ce forum a fermé, d'autres l'ont remplacé.
 Des membres qui postaient, certains ne sont plus là
 D'autres poursuivent ailleurs le même combat.

 La jeune fille a grandi, elle va se marier
 Les vers, les révoltes, tout ça c'est terminé.
 Se souvient-elle encore du poète aux sanglots?
 Pas plus que des autres, ils n'étaient que des mots.

 Tandis qu'à la noce les danses ont commencé
 Le soir couchant envoie ses dernières lumières
 Sur les croix et les fleurs depuis longtemps fanées
 Qui seules peuplent l'abandonné cimetière.

 Sur une pierre, on put voir naguère quelques mots
 A demi effacés, que personne ne lit
 Qui à présent se souvient encore des écrits
 De celui dont le nom était écrit dans l'eau?

Contrat Creative Commons
This création is licensed under a Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France License.

Posté par adamantin à 21:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les dieux

Nouveau commentaire